Jump to content

HockeyFan03

Members
  • Content count

    5
  • Joined

  • Last visited

  1. Des Québécois sur la route prep school/université

    Malcommode, tu insistes beaucoup sur le point du remerciement. La partie de mon message qui concerne les remerciements n’est pas de l’information, mais une opinion. On peut s’obstiner pendant des heures sur ce point. C’est vrai que lorsque tu choisis d’avoir des enfants, il faut être prêt à faire notre job de parent. La source de « l’obstination » est que les efforts qu’un parent peut mettre sont presque illimités. Il y a des parents qui ré-hypothèquent leur maison pour ce genre de projet ou qui ne font pas de sorti (voyage, cinéma, restaurant), mais fiston va à ses écoles de hockey, joue AAA (hockey de printemps), a ses deux « one piece » et ses patins à 600$ depuis le MAGH. Sans vouloir trop en mettre, je pense que les parents qui décident de faire le processus des Prep Schools en donnent pas mal plus que la moyenne, donc mérite des félicitations. Ils ont aussi plus les moyens que la moyenne (temps et argent). L’exemple du pilote d’avion ne fonctionne pas vraiment, car l’effort que le pilote doit mettre est (presque) toujours le même pour poser son avion. Dans ce cas, pourquoi applaudir à un spectacle de musique. Le musicien fait seulement sa job. C’est un peu « étroit » comme raisonnement. Être parent est extrêmement plus compliqué. Je le répète, c’est une opinion. Les parents qui sont prêt à TOUT pour leurs enfants trouveront probablement normal de faire 10 aller-retour dans le New-Hamphire ou le Maine. Prendre des vendredis de congé. Payer les hôtels (100$ par nuit). Payer l’école privée. Passer des entrevues à chaque école. Payer les frais d’inscription à chaque école (environ 100$ juste pour l’analyse du dossier). Payer les frais d’examen (SSAT=100$, TOEFL=175$). J’en passe…
  2. Des Québécois sur la route prep school/université

    Côté académique, l’Académie St-Louis est 10/10. Le leadership du Directeur et de ses adjoint(e)s rayonne sur toutes les facettes de cette école. Le programme hockey est aussi excellent, mais moins fort que le Midget AAA. Quant à moi, ça n’a aucune importance, car ce qui est important, c’est la visibilité que les matchs aux États-Unis donnent aux joueurs. Après une bonne performance d’un joueur, il y a de grosses chances pour que l’entraîneur adverse aille s’informer auprès de l’entraîneur de l’Académie St-Louis comment ce joueur est comme hockeyeur, comme étudiant et comme individu. Concernant l’aide financière de la part des Prep School, il faut bien comprendre comment ça fonctionne. Dans un premier temps, les parents doivent remplir un formulaire dans lequel ils divulguent leurs revenus, leurs dépenses, leurs actifs et leurs passifs. (Parents Financial Statement). Ce document est analysé par une firme (National Association of Independent Schools) et il en résulte un montant qui correspond à ce que les parents devraient être capables de payer pour l’éducation de l’enfant. Ce résultat est envoyé aux Prep Schools où l’enfant veut faire application. Par exemple, si ce montant est de 15 000$ et qu’une année financière coûte 40 000$, l’école ne donnera pas plus de 25 000$. Si l’école donne le maximum (25 000$), c’est qu’ils veulent vraiment le jeune. Donc, si vous entendez des parents qui disent qu’ils ont eu une aide financière de 37 000$, ça veut dire 2 choses : l’école veut vraiment le jeune ET les parents ne sont pas riches. Toutefois, il y a de rares exceptions. Certaines écoles peuvent octroyer l’aide financière selon le « mérite ». Par exemple, les parents d’un « Vincent Lecavalier » ne paieront probablement pas un sou dans une telle école. On s’entend qu’il n’y a pas beaucoup de « Vincent Lecavalier » et la très grande majorité des Prep Schools (je dirais plus de 95%) ne basent pas l’aide financière sur les performances au hockey. Finalement, concernant un message précédent qui félicitait le jeune ET son père, ces félicitations s’adressent effectivement aux deux. C’est certain que c’est le jeune qui tient le bâton et le crayon, mais les parents doivent être TRÈS disponibles dans le processus. Les parents passent aussi en entrevue. Ça prend aussi plusieurs lettres de recommandations. Les « tout croches » sont rapidement écartés. Ce que les écoles veulent, ce sont de bons individus qui peuvent apporter à leur communauté. Des jeunes qui sont bons à l’école et ayant de bonnes valeurs dans la vie.
  3. Des Québécois sur la route prep school/université

    Oui, il s'agit bien de CE Kevin Roy.
  4. Des Québécois sur la route prep school/université

    http://lejournaldequebec.canoe.ca/journ ... 81456.html Samuel Brown (Vermont Academy) Patrick Huard (Kents Hill, Maine) Jean-Philippe Tardif (Holderness, New Hamp­shire) Johney Parisé-Cormier (Tilton, NH) Kevin Roy (Deerfield Academy, Massa­chusetts) Gabriel Renaud (Tabor Academy, Mass.) Bruno-Pier Courchesne (Proctor Academy, NH)
  5. Pré-camp Commandeurs de Lévis

    C’est vrai que c’est bizarre qu’un seul défenseur de Rive-Sud Espoir ait été invité. Toutefois, j’ai vu jouer cette équipe à plusieurs reprises cet hiver et avec l’attaque qu’ils avaient, n’importe quel défenseur aurait bien paru. La différence était extrême entre les meilleures équipes et les moins bonnes. La position de défenseur se complique énormément quand tu joues pour un club médiocre. Tu as constamment le nez dans la bande! Concernant le joueur que « levisgoalie » mentionne, je crois qu’il est rapide, mais extrêmement petit.
×